URBI ORBI accueil

L’édition 2015 s’est articulée autour d’une grande exposition monographique  « L’émerveillé » rassemblant 50 ans de photographie humaniste de Marc Paygnard dans l’espace industriel du Tapis Point de Sedan. Dans son approche du monde, Marc Paygnard pose un regard sensible à la fois incisif et tendre sur des hommes, des villes, des paysages. Marc Paygnard est membre de l’agence Rapho à Paris. Là, il a côtoyé Doisneau, Boubat, Ronis… Cette retrospective va rassembler pour la première fois l’oeuvre de ce photographe. Une sélection de 300 images qui ont défié le temps y ont été réunies.

Par ailleurs, aller à la rencontre du grand public en installant l’image dans les lieux de vie des habitants était le fil rouge de la biennale 2015. Ainsi des installations grands formats présentant le travail des photographes Zeng Nian, Bruno Fontana, Nicolas Henry, Pentti Sammallahti et Yves Leresche, jalonnaient un parcours urbain du château fort de Sedan jusqu’à la Meuse. Des contenairs ont temporairement été installés et aménagés pour recevoir ces photographies.

Enfin, un espace dédié aux enfants avec des activités de médiation autour de la photographie et de l’habitat a été installé Place de la Halle.

2015/Paygnard_Emerveille_BD

 

Les artistes de l'édition 2015

Marc Paygnard
du 6 juin au 30 août 2015 / Manufacture du Tapis Point de Sedan

 

Marc Paygnard est né en 1945 au pays des trois frontières : France, Belgique, Luxembourg. Il débute dans le journalisme au Républicain Lorrain à Metz, ensuite à l'Est Républicain à Nancy puis Vesoul. Attaché au terroir, au patrimoine, qu'il photographie avec passion, il devient membre de l'agence Rapho à Paris. Là, il côtoie Doisneau, Boubat, Ronis...
L'exposition au Tapis Point de Sedan est l'avant-première de la rétrospective de 50 ans de photographies de ce photographe humaniste. Cette exposition de 300 photos coïncide avec la sortie du livre "L'Emerveillé".
Dans son approche du monde, Marc Paygnard pose un regard sensible à la fois incisif et tendre sur des hommes, des villes, des paysages. «L’émerveillé», est une exposition d’images réalisées tout au long d’une vie de photographe sur ses lieux de séjour. Tout d’abord en Lorraine où il est né, mais surtout en Franche-Comté où il demeure depuis 40 ans. Mais aussi dans tous les coins du monde. Cette exposition est un tour d’horizon complet, un résumé d’une collecte d’images permanentes, une sorte de soif de montrer un monde aimé, un monde devant lequel on ouvre des yeux, le plus souvent, émerveillés  : par la beauté des gens, des gestes, des paysages, d’un environnement en perpétuel changement.
Cette exposition rassemble l’œuvre du photographe Marc Paygnard. Des images qui ont défié le temps, vont pour la première fois s’y côtoyer.

2015/Urbi_OrbiSedan_paygnard_TPS

 

Zeng Nian

du 6 juin au 5 juillet 2015 / Parcours urbain du Château fort à la Meuse

Le choix de l'association "la salle d'attente"


Zeng Nian est né en Chine en 1954. Photographe de presse il est publié dans les grands magazines et journaux étrangers par l'intermédiaire des agences Sipa, Gamma et Contact Press.
Zeng Nian fait partie des grands photographes de reportage, témoin de la culture, de l'histoire mais aussi des grands bouleversements actuels de son pays. Il est aussi héritier de la grande tradition de la photographie humaniste de l'après guerre qui inscrit l'humain dans son environnement.
Avec « Un fleuve tranquille », il s'éloigne du reportage pour une vision d'auteur en noir et blanc. Il aborde par l'image panoramique, le grand bouleversement provoqué par la construction du barrage des Trois Gorges en Chine, mis en service partiellement en 2009 et qualifié de « plus grand barrage hydro-électrique du monde ».
Les habitants de la vallée sont au cœur de ces photographies. Villes et villages détruits, la population doit quitter les lieux parfois même avant d'être relogée. D'après la presse internationale, 1 à 1,8 million de personnes ont été déplacées pendant les 15 années de travaux.
Cette vallée est bien sûr chargée d'histoire. Depuis des siècles les poètes y ont déposé des inscriptions et gravé parfois à même la roche, des poèmes qui sont maintenant à tout jamais enfuis. Zeng Nian photographie avec distance et respect et nous offre des images magnifiques et terribles. Cette série est l'œuvre d'un photographe engagé, métaphore de l'engloutissement de valeurs séculaires par la course aux énergies et par la mondialisation.

Alain Collard, Président
Association La Salle d'Attente

2015/Urbi_Orbi_Sedan_Zeng

Bruno Fontana

du 6 juin au 5 juillet 2015 / Parcours urbain du Château fort à la Meuse


Le travail de Bruno Fontana se construit dans le champ de la représentation des environnements urbains et paysagers.
A cheval entre ces deux éléments, il induit une réflexion sur les formes d'appropriation du territoire.
Série après série, Bruno Fontana expérimente, promène son regard sur ce qui l'entoure pour fonder ses préoccupations artistiques.
Manipulant parfois l'image jusqu'aux confins de la réalité, il donne accès à une compréhension nouvelle de la relation qui nous lie à notre environnement.
Composant des séries de structures construites en répétition, il attire notre attention sur la singularité de chaque élément.
Chaque série s'inscrit également dans une démarche mémorielle et patrimoniale.
Bruno Fontana ne s'intéresse pas à la forme humaine et pourtant, ses photos sont le reflet de notre société.
Il a obtenu le prix SFR Jeunes Talents aux Rencontres d'Arles 2013 et est représenté par les galeries Rivière/Faiveley à Paris et Macadam Gallery à Bruxelles.

2015/Urbi_Orbi_Sedan_Fontana

 

Nicolas Henry

du 6 juin au 5 juillet 2015 / Parcours urbain du Château fort à la Meuse / Place de la Halle, exposition extérieure


Nicolas Henry est né en 1978. Diplômé des Beaux-Arts de Paris (2004), il travaille comme scénographe et metteur en scène. Il a accompagné le projet "6 milliards d'autres" de Yann Arthus-Bertrand en réalisant des prises de vues vidéo et en intervenant comme directeur artistique de l'exposition du Grand Palais. Le projet "Les cabanes de nos grands-parents" a fait l'objet de nombreuses parutions en presse, en France et dans le monde. Nicolas Henry a également créé des cabanes pour le film de Quentin Clausin, Millions stars hotel (sortie en salles fin 2012).
La série de photographies "Les cabanes de nos grands-parents" nous entraîne à la rencontre des Anciens à travers le monde, de la France au Vanuatu en passant par l'Inde, le Brésil, le Maroc ou encore la Nouvelle-Zélande et la Suède. Depuis cinq ans, Nicolas Henry a réalisé quatre cents portraits dans une trentaine de pays. Pour chacun, avec les objets familiers de la personne photographiée, une cabane, un abri éphémère, a été construit, reflet de son histoire, de son imaginaire : un poisson-hélicoptère lors d'une pêche à l'arc miraculeuse au Vanuatu ; un gratte-ciel refait avec des bouts de rien dans un campement ouvrier à Shanghai ; les feuilles jaunes de l'arbre africain d'une mama, accrochées à l'arbuste de son jardin français... En écho à la photo, chacun raconte et se raconte, et nous dévoile un pan de son univers.

2015/Urbi_Orbi_Sedan_Henry

Pentti Sammallahti

du 6 juin au 5 juillet 2015 / Parcours urbain du Château fort à la Meuse

Les photographies de Pentti Sammallahti sont de celles qui peuvent être universellement comprises, reçues, admirées et chaque présentation au public emporte l'adhésion, voire l'enthousiasme.
Son travail est virtuose, plein d'humanité et d'humour. Il étonne par sa qualité plastique et parle aussi bien au connaisseur qu'au profane.
Pentti Sammallahti est né en 1950 à Helsinki dans une famille d'artisan (Son père était orfèvre). Il est le petit fils de la photographe Hildur Larsson, d'origine suédoise. Dès son adolescence, il commence à pratiquer avec passion la photographie et le tirage. Il rejoint le Camera Club d'Helsinki à 14 ans.
Sa première exposition personnelle a lieu en 1971. En 1974, il expose au Musée de la photographie d'Helsinki et commence à enseigner (École d'art de Lahti, Université d'art et de design d'Helsinki).
La reconnaissance de son travail se confirme en 1975 lorsqu'il reçoit le prix national finlandais de photographie, qu'il obtiendra à nouveau en 1979, 1992 et 2009. En 2003 il est l'un des photographes choisi par Henri Cartier-Bresson pour l'exposition inaugurant la Fondation Henri Cartier Bresson (Paris / France). Il a exposé dans de nombreux pays et ses oeuvres sont représentées dans plusieurs collections dont celle du Museum of Modern Art de New York ou celle du Victoria and Albert Museum de Londres.
Aussi, Pentti Sammallahti, passionné par le livre et les techniques de reproduction de la photographie, a conçu et autopublié plus de quarante livres ou portfolios, classés en «Opus» dont treize consacrés à son propre travail.

Galerie Camera Obscura

 

Yves Leresche

du 6 juin au 5 juillet 2015 / Parcours urbain du Château fort à la Meuse / Projection intérieure et contenairs

«Roms, la quête infatigable du paradis», c'est cinq ans d'histoires de vie de Roms, photographiés en Suisse et en Roumanie, c'est un travail d'immersion dans la vie de la minorité la plus discriminée d'Europe, c'est une somme d'expériences de bourlingues donnant à mieux connaître ces femmes et ces hommes venus mendier dans nos rues. Yves Leresche a vécu avec les Roms, chez eux, dans leurs maisons, comme dans leurs abris de fortune, chez nous. Son témoignage, unique en son genre, donne à voir ce peuple dans ses réalités, en opposition à toute image folklorique ou stigmatisante. Et, pour la première fois, le photographe parle. Aux images s'ajoutent des mots qui démontent les idées reçues sur les Roms.
Les images d'Yves Leresche sont fortes et d'une proximité rare, son regard est direct et sans artifices. Il nous emmène en toute simplicité dans la vie des personnes qu'il rencontre et c'est là que s'opère aussitôt la magie de son art.
Primé au World Press Photo 1997 pour son travail sur les Roms et récompensé par le prix vaudois pour la création et la promotion artistique en 2001, Yves Leresche expose au Musée de l'Élysée à Lausanne en 2002. Dans son travail photographique, il a toujours mis l'être humain au centre de ses préoccupations, que cela soit à ses débuts avec Gueules nocturnes au cabaret rock La Dolce Vita (1985-1990) ou le long de toutes les côtes européennes avec L'Europe des mers (1992-1993). Depuis les années 1990, il photographie régulièrement les minorités roms en Roumanie et dans les Balkans. Son dernier travail en collaboration avec la DDC (Développement et coopération suisse) sur les Roms dans les Balkans a été exposé neuf fois sur place, puis en Europe et à Washington. Il est l'auteur des livres Rrom, et Roma Realities en collaboration avec la DDC (Gollion, Infolio, 2002 et 2009). Il travaille actuellement sur la migration économique des Roms en Europe, et plus particulièrement dans sa ville natale de Lausanne en Suisse. Il suit régulièrement des famille, entre leur pays d'origine et les villes d'Europe occidentale.

 

2015/Urbi_Orbi_Sedan_Leresche